Un livre qui m’a marqué ? ✨💬

« Les véritables héros ne sont pas les gens qui font les choses ; les véritables héros sont ceux qui remarquent les choses, qui y prêtent attention. »

27049032_573117519710105_1665272708_oBonjour à vous, ô peuple de la blogosphère 👋

Je reviens vers vous en cette fin de semaine afin de vous parler d’un livre coup de cœur, malgré le fait que je l’ai lu il y a longtemps maintenant.

Il s’agit, comme vous avez pu le constater sur la photo de Nos étoiles contraires de John Green. En bonus, vous avez le droit à une page illustrée de mon Bullet Journal. C’est pas ouf-ouf, mais ça à le don de faire une « jolie » page (inspiration Pinterest pardi !).

J’ai l’impression d’être une grenade, maman. Je suis une grenade dégoupillée et, à un moment donné, je vais exploser.

 Alors j’aimerais autant limiter le nombre de victimes.

Vu l’engouement qu’il y a eu et qu’il y a encore un peu autour de ce livre, je pense que personne n’a pu y passer à côté sans le connaître. J’ai pu le lire bien avant de voir le film et déjà à ce moment là, ce livre m’a fait subir une tempête émotionnelle exceptionnelle. Tout dans ce livre m’attire, me bouleverse et me touche.

Parfois les gens ne comprennent pas les promesses qu’ils font au moment où ils les font

A part si vous vivez dans une grotte, vous connaissez l’histoire de base: Hazel Grace, malade d’un cancer depuis de nombreuses d’années, et Gus qui est en rémission depuis un an et quelques.  J’avoue c’est très résumé, mais ça va à l’essentiel !

Cela peut paraître très négatif comme histoire, voir même être perçue comme une histoire tout à fait déprimante qui vous arrachera le cœur à la fin. Ce n’est pas tout à fait faux, mais il y a autre chose.

Cette histoire me touche autant, de part mon histoire personnelle. Je pense que c’est pour cela que ce roman est une pépite pour moi. Il m’accompagne depuis de nombreuses années et j’ai beau le lire et le relire, je ressentirais toujours autant d’émotions. C’est une histoire humaine, véridique et qui ne se laisse pas abattre. Il y a une force dans ce livre qui me bouleverse à chaque fois. Hazel est une battante et accepte la vie telle qu’elle est. Elle ne fait pas justice elle-même, elle n’essaie pas de se cacher ou de rebrousser chemin. Non. Elle fait face et avance. Malgré la douleur, la souffrance et l’incertitude. Elle vit chaque jour comme si c’était le dernier avec une force incroyable. Elle ne se laisse pas abattre.

Au fond, j’ai vraiment aimé l’approche de la mort, de son issue inévitable. Et malgré qu’on ne peux y échapper, il n’y a pas de résignation. C’est beau, c’est fort.

Par la suite, j’ai réussi à convaincre ma mère d’aller le voir au cinéma. J’y ai retrouvé tout ce qui m’avait tant émue dans le livre, si bien que j’étais en larme totale à la fin du film comme 99.9% des personnages dans la salle.

On connait tous quelqu’un qui souffre d’une maladie, que ce soit le cancer où une toute autre merde. Alors que là, ce soit le point de vue de si jeunes personnes, cela ne peut que nous toucher, nous atteindre.

J’ai peur de l’oubli. J’en ai peur comme un aveugle que je connais a peur du noir.

Je ne ressens pas cette histoire comme une histoire vouée à la mort et à quelque chose de douloureux. Cela fait mal, mais c’est une histoire qui possède une autre conception de la mort. Les personnages sont pleinement eux-mêmes et ils ont acceptés cette issue. C’est ce qui fait la symbiose de ce livre. 

 

5 commentaires

Répondre à lesbullettescolorees Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s