Les Chasseurs d’âmes T1 – ALYSON NOËL

Hello ♥

Je reviens pour vous parler du tome 1 de Les Chasseurs d’âmes, de la saga Destinés de Alyson Noël. C’est une autrice dont j’ai lu la saga Eternels lorsque j’étais adolescente et j’avais envie de retrouver un peu son style d’écriture mais ce fut une énorme déception.

Daire devient folle. Têtes tranchées, corbeaux, silhouettes spectrales la suivent sans arrêt. Et un garçon aux yeux d’un bleu surnaturel vient hanter ses rêves. Même si elle sait que ce qu’elle voit est réel, personne ne la croit. À l’exception de son étrange grand-mère, Paloma, qui décide de l’accueillir au cœur des plaines poussiéreuses du Nouveau-Mexique. Grâce à elle, Daire découvre qu’elle est une chasseuse d’âmes. Mais aussi qu’elle doit apprivoiser très vite ses nouveaux pouvoirs, car y renoncer la condamnerait. Tandis qu’elle fait face à cette nouvelle épreuve, elle rencontre le garçon de ses rêves. Sera-t-il son meilleur allié, ou son pire ennemi ?

45919574_203742170517029_2490138032955457536_n

L’histoire:

En général, il y avait une très bonne idée derrière ce roman, pas originale en soit mais qui fonctionne toujours. Une jeune fille avec des problèmes qui ne parvient pas à les gérer et une parente qui lui apprend l’histoire de sa famille. Basique mais efficace. Cependant, j’ai trouvé que l’autrice l’avait vraiment mal exploité. Les événements s’enchaînent au début d’une façon assez logique et même assez plaisant à lire mais dès l’arrivée de Daire chez sa grand-mère, les choses se sont déroulées sans réel approfondissement et je me suis demandée si je n’avais pas loupé des chapitres à tel points ça va vite. Il n’y a pas vraiment de temps d’adaptation lorsque Daire rencontre Paloma et on saute tout le moment quand elles apprennent à se connaître.

Les personnages:

J’ai vraiment eu du mal avec les personnages. On ne les connait qu’en surface au final et c’est comme s’il n’y avait aucun matière à se mettre sous la dent. Daire est une jeune femme avec des réactions non réfléchit par moment mais encore ça, ça passe étant donné qu’énormément d’individus sont impulsifs donc cela se comprend. Par contre, le comportement de la mère m’a vraiment agacé par moment. Elle laisse sa fille partir à l’autre bout du monde chez sa belle-mère qu’elle n’a jamais vraiment connu et après elle veut la reprendre de but en blanc comme ça ? Je ne sais pas, il y a quelque chose qui me dérange dans ses réactions. En ce qui concerne la grand-mère, plus vague c’est difficilement faisable. On apprend rien sur elle 🙉. Les autres personnages, je ne peux pas vraiment en parler parce que je ne sais pas quoi en dire.

La fin:

L’ensemble de la lecture, malgré les points négatifs que j’ai énoncé plus haut, est une lecture rapide et légère. Mais la fin a vraiment été dur pour moi, tellement je soufflais à chaque pages tournées. La dernière partie du livre est une suite d’événements totalement absurdes et illogiques. Les réactions de Daire m’ont agacé . On m’a vendu un danger incroyable, limite une fin du monde et au final, non ? Franchement, je suis restée interdite. Sa soudaine proximité avec Dace a vraiment été une action incongrue. Ils se sont adressés peut être trois fois la parole en vrai et là, paf ? 😐

Conclusion :

Ce livre a vraiment été une déception. L’histoire avait vraiment un beau potentiel et au final, le récit a été beaucoup trop superficiel. On a peut être l’impression que je détruis ce roman, mais je n’ai pas trouvé de réels points positifs. Par moment, l’histoire est sympathique mais cela s’arrête là. Cependant, je ne pense pas qu’il faut que mon avis deviennent un porte parole de ce livre dans le sens où c’est vraiment une histoire de goût et de genre. J’adorais ce style de roman lorsque j’étais ado et à chaque fois qu’aujourd’hui je tente d’en relire un, je suis systématiquement déçue parce que ce n’est plus de mon « âge » (je parle de maturité mais pas vraiment d’âge, je ne sais pas si je suis claire), du coup forcément, je n’apprécie pas ma lecture. Mais pour des jeunes lecteurs, c’est parfait à mon avis.

« Parfois, la mort n’est au fond qu’une métaphore de la renaissance. Cela permet à une personne de changer et de se transformer, de devenir quelqu’un de meilleur et de plus fort »

•·•

« Chaque fois qu’on pointe un doigt méprisant vers quelqu’un, nos quatre doigts restants nous montrent du doigt »

Publicités

2 commentaires

  1. Hello !
    Merci pour ton article. J’avais ce livre dans ma wishlist mais j’avais également peur qu’il soit un peu trop jeunesse.
    Avec ton avis, j’ai choisi de le retirer de ma liste, car comme toi, j’ai besoin d’un peu plus de profondeur 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s