Delirium – LAUREN OLIVER

Hello les bouquivores

Dans ce monde, l’amour est interdit…
Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. À dix-huit ans, tous les jeunes sont soumis au « Protocole » et subissent une opération du cerveau : aussi, aucun risque qu’ils tombent amoureux, ne se laissent guider par les sentiments. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena se sent prête. Sans imaginer qu’une rencontre va tout faire basculer.

Imaginez qu’on vous prive de tout sentiments. Que la liberté ne soit plus qu’un vieux souvenir dénué de sens. Jusqu’où iriez-vous pour garder le droit d’aimer ?

J’ai eu la chance de tomber sur ce bouquin dans une super belle occasion à un destockage Emmaus et je dois avouer qu’il m’a intrigué. De base, je ne suis pas très fan de la livres Black Moon parce qu’il sont trop orienté vers l’adolescence pour moi, mais je me suis dit que mon jugement pouvait changer. Eh bien finalement pas vraiment.

L’idée de l’histoire est vraiment géniale. L’idée d’un monde où l’amour est considéré comme une maladie, mais c’est du génie ! Ca change totalement notre perception de notre société et j’ai adoré ces prises de conscience. Il y a de très beau passage sur la notion de l’amour et sur ce que nous serions si on avait pas cette faculté d’aimer. Donc pour ça, j’ai aimé.

Cependant, l’histoire n’avance pas et il ne se passe pas grand chose. Je ne suis absolument pas attaché aux personnages, encore moins à Léna et Alex. C’est beaucoup de blabla pour au final très très peu d’action. Le fin du livre aurait pu à mon sens arrivait au milieu du bouquin et ça aurait été beaucoup mieux ! Ou alors mettre beaucoup plus d’évènements parce que finalement à part passer son été à rouler des galoches à Alex, il n’y a rien d’autre. Il y a une révélation plutôt cool vers la fin mais du coup, si elle avait été énoncé plus tôt, je pense que ça aurait été mieux.

Le couple Alex et Léna est aussi problématique à mon sens. Il n’y a pas de construction de relation, tout se fait très rapidement alors qu’ils auraient pu un peu apprendre à se connaître mais non, direct c’est l’amour de sa vie. J’ai vraiment du mal avec ces relations précipitées. Et puis, tout l’été, ils parviennent à se voir sans souci même la nuit alors que c’est interdit, mais c’est évidemment le soir de leur tentative d’évasion qu’ils se font prendre.

Avec tous ces éléments négatifs, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, du coup la fin ne m’a fait ni chaud, ni froid, parce que je suis certaine à 90% que ce personnage n’est pas vraiment mort. Au final, il y avait un excellent potentiel, une idée de malade qui m’a vraiment emballé, mais en fin de compte, je me suis ennuyée.

Je pense sincèrement que c’est toujours le même souci. Durant mon adolescence, j’aurais probablement adoré ce roman mais aujourd’hui, il me manque de la profondeur et moins de cliché. Je continue d’essayer de lire ce genre de romans parce que je suis persuadé que je pourrais tomber sur de très bonnes choses, mais ça n’a pas été le cas cette fois-ci.

On ne peut pas être vraiment heureux, si on n’est pas aussi malheureux parfois. Tu le sais n’est-ce pas ?

•·•

Le passé n’est rien d’autre qu’un poids mort. Il vous lestera comme une pierre. Laissez moi vous donner un conseil : si vous entendez le passé vous parler, si vous le sentez planer dans votre dos ou faire courir ses doigts sur votre colonne vertébrale, la meilleure réaction à adopter, la seule, est de prendre vos jambes à votre cou.

Publicités

6 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s