INTERVIEW & CHRONIQUE : Résistance, Le sang des Insignis – Cécile Briomet

Hello les Bouquivores !

Aujourd’hui, je viens vous parler du premier tome Le sang des Insiginis de Cécilé Briomet avec en prime une petite interview afin de découvrir l’autrice.

À 17 ans, Lou n’a jamais vu la lumière du soleil. Elle vit confinée dans les entrailles de la terre, dans un monde composé de galeries où les gens vivent dans une pénombre permanente qui leur apporte une certaine sécurité. C’est aussi un monde où une partie de la population est réduite à un quasi esclavage. Le jour de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, Lou est choisie pour aller dans « le monde d’en haut ». Pendant un an, elle va vivre une sorte de rite initiatique, une effrayante aventure. Lou découvre en effet un univers dangereux ou règne une extrême violence. Elle ne devra sa survie qu’à ses nouveaux amis appartenant aux « Insignis », le peuple des Hommes libres. Surtout, elle va comprendre que, malgré les difficultés, il n’y a pas plus beau combat que celui pour sa liberté…

dsc_0039.jpg

Je suivais depuis un petit moment Cécile Briomet sur instagram et je dois avouer que le Booktrailer qu’elle a proposé de son roman m’avait vraiment donné envie. J’étais donc vraiment très heureuse quand elle m’a proposé de m’envoyer son roman. Je suis une fan inconditionnelle des dystopies, et ce n’est pas nouveau pour vous si vous me suivez. J’avais donc très hâte de découvrir ce roman.

Je tiens avant tout à remercier l’autrice de sa gentillesse et de sa disponibilité. Elle a toujours su me répondre très rapidement et on a pu échanger, sans barrière, et ça, ça fait plaisir.  

Je me suis donc lancée dans Le Sang des Insignis et j’ai découvert une plume vraiment très agréable. Ça coule et on ne voit pas les pages défilaient. Les 314 pages ont été très rapidement englouti. J’ai vraiment apprécié le personnage de Lou. Intrépide, courageuse et très affirmée dans son caractère. Elle ne se laisse pas faire et surtout ne se laisse pas abattre. Le pourquoi du comment n’est pas abordé dans ce premier tome et je dois avouer que je suis très très curieuse de savoir comment cet univers a été mis en place, quel est l’intérêt de ce monde d’en bas ? Qui l’a mis en place ? Et depuis quand ? Lorsqu’elle part pour le monde d’en haut, ça m’a vraiment fait pensé à la scène de Hunger Games quand Katniss part avec sa petite sœur. D’ailleurs, Elaia, sa petite sœur, j’ai vraiment hâte de la retrouver dans le tome 2, parce que j’espère secrètement qu’elle jouera un rôle assez important dans l’intrigue.

Cependant, même si l’écriture est très agréable, il y a quelque chose qui m’a vraiment chiffonné tout le long de la lecture. Comme je l’ai déjà dit des milliards de fois dans mes différentes chroniques, ce que j’aime et que je recherche au maximum, c’est de la profondeur dans l’écriture dans le sens du détail. J’aime quand on prend le temps de planter le décors, de nous faire durer dans les différentes actions afin limite qu’on soit projeter entièrement dans le récit. Malheureusement, je ne l’ai pas ressenti à cette lecture. C’est un roman dynamique où on ne peut pas s’ennuyer, mais du coup, il m’a manqué quelques descriptions pour que je sois complètement dans l’histoire. Disons que la chronologie va un peu trop vite à mon goût.

Mais sur ce point, j’ai pu échanger avec quelqu’un d’autres sur ce roman, qui elle, c’est justement ce détail qui l’a fait accroché au roman. Donc comme quoi, ce n’est simplement qu’une histoire de goût ! Je ne regrette absolument pas ma lecture, l’histoire m’intrigue énormément et la fin a vraiment su éveiller ma curiosité.

 

Je vous invite à découvrir Cécile Briomet à travers ses livres, son instagram ou que sais-je ! Mais si vous voulez en savoir plus sur elle, je vous laisse avec une petite interview, ma foi bien sympatoche.

 

  1. Présente-toi en quelques mots ☺️

Je m’appelle Cécile Briomet et suis originaire du Bassin d’Arcachon. Juriste de formation, j’ai décidé au terme de mes études de me consacrer à l’écriture. Je travaille donc dans l’administration avec des heures modulables ce qui me permet d’écrire dès que je le peux.

Je suis une mordue de lecture depuis mes dix ans environ, où je découvrais Les malheurs de Sophie. Et depuis, je suis le genre de fille qui patiente dans la salle d’attente, le nez dans un roman, qui n’entend pas quand on l’appelle. J’ai aussi constamment un carnet sur moi, me permettant de noter tout ce qui me passe par la tête de peur d’oublier quelque chose qui pourrait être important pour un travail en cours.

  1. Si tu devais te présenter en tant qu’écrivaine, qu’est-ce que tu dirais ? 

Que je suis une débutante qui se perfectionne petit à petit ! J’apprends tous les jours un peu plus au fil des échanges avec d’autres auteurs mais aussi avec les lecteurs. J’écris comme je suis, selon les sentiments qui m’animent à l’instant et les rencontres que je fais.

  1. Penses-tu qu’il faut obligatoirement être un lecteur assidu lorsqu’on devient écrivain ? 

Oui, même si lorsque j’ai commencé à écrire cette idée m’agaçait un peu car je peinais à m’organiser. Sauf qu’une fois que vous vous plongez dans l’écriture, la technique se précise et se perfectionne avec la lecture. Et parfois des idées surgissent alors que vous lisez, même dans un registre totalement différent. Lire va nourrir l’esprit de mille façons et c’est sacrément utile quand vous écrivez ensuite.

  1. Si oui, comment te qualifierais-tu en tant que lectrice ? 

Je suis un glouton. J’ai des « épisodes » de lecture compulsive durant lesquelles je vais dévorer trois ou quatre livres dans la semaine et soudain… plus rien pendant un mois. J’achète beaucoup (beaucoup !) de livres, notamment d’occasion : l’idée de leur donner une seconde vie me plaît et on peut en acheter de nombreux pour un prix clairement dérisoire. Sûrement trop d’ailleurs car je ne sais plus où les ranger.

  1. Pendant combien de temps as-tu travaillé sur Le Sang des Insignis

L’idée est née début 2016 et il a été publié en février 2019 mais je n’ai pas travaillé continuellement dessus. Tout d’abord parce que j’ai un autre travail à côté qui occupe une large place dans mon emploi du temps. Ensuite parce que, par moment, je ne savais plus où aller sur ce roman donc je préférais le laisser. Par « travail » il faut entendre l’idée en elle-même, l’ébauche du plan, la rédaction, la correction et la mise en page, les envois aux maisons d’édition, la communication… D’autant que la maison d’édition vous demande également de retravailler dessus une fois le contrat signé, ne serait-ce que pour quelques bricoles. Il faut savoir être polyvalent et ne pas compter ses heures !

  1. D’où t’es venu cette idée d’histoire ? 

J’en ai rêvé. La plupart de mes idées me viennent le soir juste avant de m’endormir ou la nuit, ce qui est parfois pénible car je me relève pour écrire sur mes carnets. L’idée qui m’est venue était la suivante : « une jeune femme vit sous terre en quasi esclavage. A leurs dix-huit ans, ils sont envoyés une année dans le monde extérieur et doivent faire le choix de rester là-haut ou de revenir dans les entrailles de la Terre. Cette année, elle fait dix-huit ans ».

Je me suis levée un matin avec cette idée en tête. J’ai pensé qu’il fallait que je note ça quelque part, même si l’idée était étrange. Le booktrailer que j’ai réalisé représente assez bien le rêve que j’ai fait.

  1. As-tu des habitudes récurrentes lors de sessions d’écriture ? 

Une seule habitude : être le plus à l’aise possible, ce qui chez moi est souvent synonyme de jogging, plaid et thé.

  1. Est-ce que tu t’identifies spécialement à l’un de tes personnages, ou est-ce que chaque personne possède une part de toi (ou aucune des deux) ? 

Je pense que je mets un peu de moi dans chacun sans forcément le vouloir mais je ne m’identifie à aucun en particulier. Compte tenu de ce que je leur fais vivre, ce n’est peut-être pas plus mal 😉

  1. Sais-tu exactement comment l’histoire va se déployer dans le ou les prochains tomes, où écris-tu au fur et à mesure sans te poser de questions ? 

Pour le tome 2 oui, pour le reste je vois où je vais mais n’ai pas de plan précis. Lorsque je me pencherai sur le tome 3 j’établirai un plan précis mais pour le moment, je me laisse porter.

  1. Quelle est ta part de travail, à côté de l’écriture, par rapport à la maison d’édition ? (publicité, mise en avant, vente …)

La maison d’édition a assuré la distribution du roman via son distributeur et envoyé des services presse à des blogs. Sachant que leur branche jeunesse va fermer ses portes et qu’il n’y a pas d’attaché de presse pour assurer la promotion, je m’en charge au maximum afin de donner sa chance à mon roman.

  1. As-tu eu de gros moments de doutes où tu as voulu tout quitter et abandonner ? 

Tous les jours. Quand tu écris, tu travailles dans l’inconnu : tu ne sais pas si on va apprécier ce que tu fais, si c’est « publiable », et peu de manuscrits sont sélectionnés par les maisons d’édition compte tenu du nombre d’envoi. Alors il y a des jours où je me dis que ce que j’ai écrit la veille est complètement nul, que je n’y arrive pas… et le lendemain je suis super heureuse de retrouver mes personnages et de les faire vivre à nouveau. C’est paradoxal. Et même si je voulais arrêter, je ne pourrais pas : ça me rattraperait… 😉

  1. Aujourd’hui, as-tu des regrets par rapport à la publication de ton roman (des choses à refaire, à modifier, à enlever) où penses-tu que c’est exactement ce que t’as voulu donner ? 

Pas de regrets. Mais je suis très perfectionniste et suis toujours en train de tout remettre en question donc si je relis mon roman aujourd’hui, je pourrais rajouter plein de choses et en supprimer d’autres. Plus j’apprends sur ce métier et à mesure que je me perfectionne, je regarde d’un œil critique ce que j’ai pu faire auparavant. Et le travail que je produirais aujourd’hui serait encore critiqué/perfectionné si je devais le relire cinq ans plus tard…

  1. As-tu de gros projets en cours ? Qu’est-ce que tu nous réserves dans les mois, années à venir ?

Je travaille actuellement sur le tome 2 de la saga Le sang des Insignis. J’utiliser une nouvelle manière de narrer le récit par rapport au tome 1 et je m’éclate. Je travaille également sur un autre projet, un roman feel-good et suis sur la phase de correction avant envoi aux maisons d’édition.

 

 

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s