Je suis là – Clélie Avit

Hello les bouquivores !

Je reviens pour vous parler d’une énorme déception. Il s’agit de Je suis là de Clélie Avit.

« Ça fait vingt semaines que je suis seule, seulement six que je m’en rends compte. Et pourtant, j’ai l’impression que ça fait une éternité. Ça passerait peut-être plus vite si je dormais plus souvent. Enfin, si mon esprit se déconnectait. Mais je n’aime pas dormir. »
À la suite d’un accident d’escalade en montagne, Elsa est plongée dans le coma. Tandis que l’espoir de son réveil s’amenuise de jour en jour, que ses proches et les médecins commencent à baisser les bras, un jeune homme, Thibault, pénètre par erreur dans sa chambre. Traumatisé par le sort de son frère, qui a renversé deux jeunes filles en voiture, Thibault décide de se confier à Elsa et noue une relation avec elle, malgré son mutisme. Est-il à ce point désespéré de lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ?

DSC_0020.JPG

Je suis tombée dessus dans une boite à livre, et bien j’aurais dû le laisser où je l’ai trouvé parce que finalement, je n’ai absolument pas aimé ce roman. Moi qui cherchait une bonne romance à me mettre sous la dent durant les partiels, j’ai été bien refroidi.

Alors oui c’est une romance, mais d’une génance extrême. C’est un roman « malaisant » et très pervers. L’histoire d’Elsa, plongée dans le coma à la suite d’une chute en montagne, aurait pu être très intéressante, si ça avait été poussée et approfondie. Ces liens avec sa famille et ses amis sont totalement laissés de côté. Par exemple, les parents et la sœur sont mentionnés, mais à aucun moment on n’en apprend plus sur eux.

Ce qui m’a le plus dérangé, c’est cette relation qui née entre Thibault et Elsa qui est dans le coma. A partir de quel moment, tu peux construire quelque chose avec quelqu’un dans un hôpital, que tu ne connais ni d’Eve ni d’Adam, et qui est sur le point d’être débranché ? C’est totalement inimaginable. Le comble fut le dernier chapitre, où j’ai trouvé le comportement de Thibault totalement déplacé et invraisemblable. Ajoutons à cela une lenteur sur l’ensemble du récit: j’ai pratiqué le « survolement de paragraphe » pour arriver à mes fins, alors qu’il ne fait même pas 300 pages.

Je pense que le mieux aurait été de mettre la fin du roman au milieu et d’ensuite développer leur relation une fois qu’elle est réveillée. Parce que là, ça n’a absolument aucun sens et c’est bougrement pervers qu’un mec tombe amoureux d’une meuf dans le coma qui ne bouge absolument pas, qui l’a touche, se couche à côté d’elle et SURTOUT l’embrasse sur le front. C’est quoi son problème ? Où alors j’ai loupé quelque chose ?

 

Bref, je ne vais pas y passer plus de temps, mais je n’ai absolument pas aimé ce roman. Rien ne m’a plu et c’est bien dommage. 

 

Je préfère être aveugle et ne rien savoir. Si je ne sais rien, je garde espoir. Et l’espoir est tout ce qui me fait avancer aujourd’hui.

·••·

On s’est envolés chacun de notre côté, on n’a juste pas choisi la même piste d’atterrissage.

Publicités

6 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s