Transférés – Kate Blair

Hello les bouquivores !

Nouvel article à propos de Transférés de Kate Blair.

Dans un futur proche, l’humanité a trouvé le moyen de soigner toutes les maladies : les transférer aux criminels, dont la quasi-totalité vient des ghettos, maintenus au ban d’une société qui touche à la perfection.
C’est dans ce monde qu’est née Talia Hale. À 16 ans, elle est la fille chérie d’un politique qui se voit déjà Premier ministre d’Angleterre. Atteinte d’un simple rhume, au plus grand dégoût de son entourage, elle doit subir son premier transfert. Mais à l’hôpital, Talia sauve une petite fille d’une agression. Une petite fille qui vit seule avec son grand frère, Galien, dans les ghettos.

Grâce à Galien, Talia découvre l’envers du décor et l’horreur d’un système où seuls les plus riches ont le droit à la santé.
Pour changer une société où la frontière entre bien et mal est plus floue que jamais, Talia devra briser le cocon doré dans lequel elle a grandi et combattre tout ce en quoi elle a toujours cru… y compris son propre père.

DSC_0088

Je suis tombée sur ce livre dans un NOZ et comme d’habitude pour le petit prix, je l’ai pris en ayant vite fait lu le résumé, qui semblait correspondre à mes goûts. Finalement, j’ai été complètement indifférente durant cette lecture.

Je m’explique: je n’ai absolument pas été touché par cette histoire, je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages, l’histoire était certes intéressante mais pas assez creusée pour ma part. Finalement, même si je l’ai lu il y a seulement quelques semaines, j’ai dû rechercher dans mes souvenirs tant cela ne m’avait absolument pas marqué.

Je ne sais pas si c’est parce que je n’étais pas dans la bonne période, je n’avais pas envie de lire ce genre de roman, mais du coup j’ai fait tout pour le lire très vite et finalement je n’ai vraiment pas accroché. L’idée de punir les délinquants en leur transférant les maladies des gens normaux était pas trop mal et aurait pu donner vraiment quelque chose de bien. Mais au fond, l’histoire n’est pas vraiment poussée à son maximum, cela reste très superficiel et il y a beaucoup de zones d’ombres. Le comportement de Talia et ses actions n’étaient pas assez recherché ni extraordinaire, tout comme l’histoire de Galien.

Je regrette sincèrement ce manque d’approfondissement au sein des personnages, ce qui m’aurait peut-être permis de m’attacher à eux et de comprendre leurs actions.

Finalement, c’est un très bon roman pour de jeunes adolescents, mais comme très souvent aujourd’hui, je me retrouve à passer totalement à côté de certains Young Adult alors que d’autres sont d’énormes coups de cœur.

 

Quelque part en cours de route, sa motivation s’est transformée en soif de vengeance. Une petite fille est actuellement en train de mourir au Barbican. Celle de l’hôpital. Elle a l’âge de ma sœur et il ne fera rien pour la sauver. Donc, ma question est : quand la politique est-elle devenue plus importante que la vie d’un enfant.

•··•

 – Je crois qu’on ne sait jamais vraiment qui est quelqu’un avant de connaître son histoire.
​Il essuie mes larmes avec sa manche et me sourit.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s