Vies parallèles: L’affaire Maria Anastasov – Brice ARMAND

Bonjour les bouquivores !

Nouvel article pour aborder une de mes dernières lectures : Vies parallèles de Brice Armand.

Alexie, une jeune femme de vingt-cinq ans, détient le pouvoir de réaliser des projections astrales. Son âme sort de son corps et se déplace dans les couloirs du passé. Ainsi, elle travaille pour les services de police et parvient à résoudre de nombreuses affaires criminelles complexes. Sauf une, celle de Maria Anastasov, une adolescente disparue en 1951.

Aucune description disponible.

Je remercie l’auteur pour sa confiance et sa disponibilité. 

Je ne m’attendais pas à aimer autant ce roman. Et pourtant ! J’ai été charmée par le début du roman avec son côté très étrange mais surtout très fascinant. On retrouve Alexie qui parvient, à travers des projections astrales, à résoudre des affaires criminelles. Ce côté là m’a vraiment très intéressé, car je suis passionnée d’histoires de meurtres et de disparitions (je sais c’est glauque …), donc pouvoir revivre certaines scènes très dures m’a énormément plu.

De plus, le sujet des projections astrales est un peu une nouveauté pour moi en lecture ; il ne me semble pas avoir lu un ouvrage à ce sujet, donc un peu d’originalité, je dis oui ! Mais à travers toutes ses affaires saugrenues, une seule pose problème et Alexie ne parvient pas à la résoudre. Ce mystère autour de la jeune Maria Anastasov, la temporalité adopté (environ 70 ans en arrière) et toute l’enquête qui gravite autour a su éveiller mon intérêt.

J’ai lu ce roman en une poignet de temps, tellement c’est fluide dans l’écriture et que la narration est plaisante. Et encore une fois, cela prouve que l’auto-édition ne comporte pas que des romans brouillons, car ici, on a vraiment quelque chose d’achevé et je n’ai pas ressentie de différence entre une AE ou un livre de ME (comme certains peuvent dire). Les personnages sont très biens construits et on ressent les liens entre eux, ce n’est pas que du superficiel.

J’ai terminé ce roman, le soir, dans la pénombre et je n’aurai peut-être pas dû. Je ne suis pas d’ordinaire très sensible à la peur ou à l’angoisse en lecture, mais la fin de ce roman m’a glacé le sang. Pour autant, j’ai réellement adoré mon moment.

En définitive, un premier roman réussi et travaillé avec une intrigue finement réalisée. Hâte de connaître la suite de cette aventure. 

 

 

Elle avait cette folle hantise que sa particularité prédomine sur sa personnalité.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s