[INTERVIEW] Pauline Dujardin !

Hello les bouquivores !
Dans ma démarche de mettre en avant des auteurs avec lesquels j’ai pu échangée et qui sont principalement en autoédition, aujourd’hui, on se retrouve pour découvrir un peu plus Pauline Dujardin, jeune autoédité de La fleur du passé !

mmm

Bonjour Pauline ! Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Pauline, j’ai 18 ans et j’habite dans le sud-est de la France vers Toulon. J’ai toujours aimé écrire lire et raconter des histoires. 

L’écriture est-elle ton métier à part entière ? Et si non, l’envisages-tu ?

Non, ce n’est pas mon métier et je ne souhaiterais pas que l’écriture le devienne car cela me poserai des contraintes.

L’aventure de l’autoédition est parfois semée d’embûches… Quel ressenti as-tu face à cette aventure ?

L’auto-édition est une très belle aventure qui permet non seulement de gérer la promotion du livre mais aussi de garder l’intégralité des droits d’auteur, ce qui est important à mes yeux. L’auto-édition demande cependant beaucoup d’investissement personnel.

 Qu’est ce qui t’a poussé à te lancer dans l’édition de ton premier roman ? Avais-tu déjà fait confiance à des gens auparavant pour la lecture, ou t’es-tu lancé sans retour ?

Je voulais être lu car j’ai car j’avais confiance au potentiel de mon histoire. Avant le passage à l’imprimerie, j’ai fait lire mon manuscrit par une dizaine de personnes, ce qui j’estime, est assez pour avoir un avis complet.

Après la lecture, je me rends compte que ton roman est très court, et pourtant très poignant dans son vécu. Pourquoi ne pas avoir fait plus, surtout qu’il y avait matière à faire ?

J’ai toujours eu l’esprit synthétique et j’estime avoir suffisamment exprimer ce que je voulais partager dans mon roman. Je suis plutôt adepte de lectures courtes et rythmées. Mais j’ai conscience que ce n’est pas le cas de tout le monde. Je prends donc note pour les prochains romans. Et pour répondre à une question souvent posée,  il n’y aura pas de suite à La fleur du passé.

Quelles ont été les inspirations principales pour La Fleur du Passé ?

Je me suis principalement inspirée de l’un de mes romans préféré La machine à explorer le temps de H.G Wells. Il est considéré comme le père de la science-fiction moderne et j’admire son œuvre. Pour moi, il a saisi toutes les clés du genre. Certains passages du roman sont aussi inspirés de poèmes, non au niveau de l’histoire mais davantage dans le style d’écriture.

Es-tu du genre à écrire sans plan, ou es-tu une adepte du brouillon, des fiches personnages et des prévisions de chapitres ?

Pour La fleur du passé, j’ai écrit un premier jet à la main, j’ai ensuite apporté des corrections pour le taper à l’ordinateur. J’essaie de faire des plans de chapitres mais j’avoue rarement les respecter.

As-tu d’autres projets sur lesquels tu travailles ?

Oui je suis actuellement en train de corriger mon deuxième roman Le nouveau millénaire dont le résumé est déjà disponible sur mon Instagram (@paulinedjrdlivres). J‘écris en parallèle mon troisième roman qui ne sera pas de la science-fiction mais du fantastique.

Pour finir, quelle citation issue de ton ouvrage veux-tu nous partager ?

  Il avait l’air de personne, d’un homme qui marchait simplement, pourtant il y a une chose que l’hiver ne pouvait lui enlever: son passé.
.
.
Merci à toi Pauline d’avoir jouer le jeu, et merci à toi lecteur d’avoir voulu en découvrir un peu plus sur cette auteure ! Vous pouvez donc retrouver Pauline sur son instagram @paulinedjrdlivres et n’hésitez pas à vous procurer ce roman sur Lulu.com ! 💓

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s